Millepertuis

Millepertuis


Latin : Hypericum perforatum
Néerl.: Sint- Janskruid
All.: Johanniskraut
Angl. St. John's wort

 

Constituants principaux :

- 0,05 à 3 % d'huile essentielle contenant, entre autres, de l'alpha-pinène, du cinéol, du myrcène, cadinène et des esters de l'acide isovalérianique,
- 0,5 à 0,7 % d'hypérine (hypéroside), rutine et quercitrine,
- flavonoïdes : 11,7 % dans les fleurs 7,4 % seulement dans les feuilles et la tige,
- nombreux pigments, tels que : hypéricine, pseudohypéricine, hypérico-déhydro-dianthrone.
Isohypéricine et protohypéricine se transforment en hypéricine sous l'influence de la lumière solaire,
- environ 10 % de tanin,
- pectine et choline,
- mannitol, saponines, composés antibactériens (novoïmanine et imanine)

millepertuis

Utilisation médicale

USAGE INTERNE
 

Le millepertuis est non seulement sédatif, mais exerce également un effet favorable sur les états dépressifs. Le millepertuis n'est pas un tranquillisant, il a plutôt un effet positif sur le moral et sur le psychisme. C'est un antidépresseur. Son action n'est toutefois pas aussi intense ni marquée que celle des antidépresseurs tricycliques. Le millepertuis n'est pas indiqué dans les dépressions endogènes graves comme la mélancolie vraie. Son champ d'application concerne les dépressions symptômatiques, réactionnelles et névrotiques qui accompagnent la dystonie neuro-végétative (syndrome psycho-végétatif).

L'action anti-dépressive est due à l'hypericine qui inhibe la monoamine oxydase et la recapture de la sérotonine.


L'effet anti-dépresseur apparaît lentement. Ce n'est qu'après deux à trois semaines que les premiers résultats se manifestent. Le traitement doit être poursuivi pendant 2 à 3 mois au moins. Ce traitement est sans danger; toutefois. on avertira les patients qu'ils doivent éviter l'exposition prolongée au soleil (voir effets secondaires).

La plante s'utilise en pédiatrie contre la «peur du noir». l'énurésie nocturne et le bégaiement.


Le millepertuis possède aussi des propriétés astringentes et anti-inflammatoires : on l'emploie la plupart du temps en association avec d'autres plantes contre la diarrhée et les hémorroïdes.


L'huile de millepertuis s'utilise aussi en usage interne pour ses propriétés anti-inflammatoires dans la gastrite et dans l'ulcère stomacal.
 

MÉDECINE POPULAIRE

Utilisé autrefois comme anthelminthique.

USAGE EXTERNE
 

Les préparations de millepertuis (huile ou pommade) servent dans le traitement des plaies, brûlures et ulcérations (ulcère de la jambe, par exemple).

HUILE DE MILLEPERTUIS

Préparation : on mélange les fleurs fraîches découpées (10 %) à une huile grasse, généralement de l'huile d'olive ou de tournesol. On fait macérer le mélange pendant six semaines dans des flacons bien bouchés et à température modérée. On expose finalement le mélange à la lumière scolaire : l'huile prend une belle coloration rouge.


Une autre méthode de préparation utilise la digestion de 100 g de fleurs de millepertuis dans 100 g d'huile d'olive pendant deux heures dans un bain d'eau chaude. On secoue de temps en temps. On exprime et on filtre.
On l'utilise en usage externe, mais également per os, à raison de une cuillerée à café matin et soir en dehors des repas.
 

Toxicité et effets secondaires

L'usage des préparations de millepertuis est généralement sans danger.
Cependant, le pigment rouge (hypéricine) est une substance photo-sensibilisante. Après ingestion d'une préparation de millepertuis, l'exposition prolongée au soleil peut provoquer des éruptions cutanées.
Les personnes (surtout au teint clair) doivent éviter les bains de soleil.

Interactions médicamenteuses : l'autre inconvénient de l'hypericine est l'induction de certains cytochromes P450 (CYP1A2, CYP1C9, CYP2E1, CYP3A4), ce qui risque de diminuer les taux sériques de cyclosporine, d'indanavir, de théophilline, de digoxine, de warfarine, d'hormones contraceptives, carbamazépine, phénytoïne, ...

Il y a également une interaction avec les antidépresseurs de la famille des inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (mode d'action similaire).
  
 

 

Sources : le compendium de phytothérapie, Larousse (pour la photo), l'essentiel de la santé par les plantes
Last update : 26-Avr-2006

 

[Home] [Nouveautés] [Conseils] [Aroma] [Phyto] [Chlorella] [Crocus] [Echinacea] [Millepertuis] [Pamplemousse] [Passiflore] [Romarin] [Spiruline] [Tribulus] [Gemmothérapie] [Herbalgem] [Homéopathie] [Nutrition] [Vétérinaire] [Para] [Législation] [Liens]