Résumé

V.RESUME.

 

La cataracte a une pathogénie multifactorielle, influencée par de nombreux facteurs de risque, en particulier des facteurs nutritionnels, comme l'ont démontré de nombreuses études épidémiologiques et des expériences in vitro.

La prévalence de cataracte est beaucoup plus élevée chez les diabétiques. Son apparition peut être retardée grâce au contrôle de la glycémie par un régime diététique composé, en fonction des apports énergétiques, de : 10 à 20 % de protéines, 10 % d'acides gras saturés, 10 % d'acides gras insaturés, et 50 à 55 % de glucides. Une diminution de l'indice de masse corporelle est également indiquée.

Le glucose n'est pas le seul glucide intervenant dans la pathogénie de la cataracte. En effet, les individus non alactasiques devraient privilégier le galactose du yaourt (sous forme libre) au galactose du lait (sous forme de lactose) qui peut induire une cataracte.

Le statut antioxydant participe également à la cataractogenèse, car l'oeil est continuellement agressé par la lumière et doit donc contrer des attaques oxydatives .

La vitamine E diminue le risque de cataracte. Ce rôle a été attribué plus spécifiquement à l'a-tocophérol. La prise de suppléments ne semble pas apporter de meilleure protection par rapports aux apports alimentaires recommandés.

Des apports en vitamines C supérieurs à la dose journalière recommandée diminuent l'apparition de cataracte, mais la prise de suppléments peut avoir l'effet inverse, car elle augmente le risque de glycosylation des cristallines.


Les caroténoïdes ont aussi un effet favorable, mais les études divergent dans le type de caroténoïdes concernés : ce rôle est attribué soit aux xanthophylles soit au 0-carotène.

En outre, la déficience en certains nutriments intervenant dans des enzymes antioxydants augmente l'apparition delcataracte. Il s'agit du sélénium, du zinc et de la vitamine B2. Certaines études envisagent aussi la déficience en tryptophane; en réalité, la cataracte résulterait plutôt d'une altération, liée à l'âge, du métabolisme du tryptophane.

Le fumeur est plus exposé à des risques de cataracte nucléaire. La cause principale est l'accumulation du cadmium dans l'organisme. Le cas des anciens fumeurs doit encore faire l'objet d'études.

Les buveurs chroniques et les abstinents sont plus susceptibles de développer une cataracte. A l'opposé, les buveurs modérés bénéficieraient de la présence de substances antioxydantes dans le vin et les liqueurs.

D'autres études font part d'autres facteurs de risques tels que la déficience en taurine, méthionine et vitamine B6, mais le rôle de ces nutriments dans le développement de la cataracte reste à prouver.

flechedr05

[Home] [Nouveautés] [Conseils] [Aroma] [Phyto] [Homéopathie] [Nutrition] [Régime] [Vitamine C] [Oméga 3] [Glucosamine] [Cataracte] [Magnesium] [Policosanol] [Probiotiques] [Selenium] [Silicium] [Vétérinaire] [Para] [Législation] [Liens]